bmc.constans@free.fr

Anne Rice, la reine des ombres…


Les amateurs de science-fiction, de vampires et d’autres histoires réjouissantes connaissent, au moins de nom, la romancière Anne Rice, ne serait-ce que par le succès de l’adaptation cinématographique d’Entretien avec un vampire

Ses Chroniques des vampires (Lestat le vampire, Pandora, Le sang et l’or, etc) offrent un univers inquiétant et baroque. Ses personnages, quoique inquiétants, fascinent le lecteur : leur inhumanité les rend bizarrement humains.
Et le lecteur en vient à éprouver une paradoxale attirance pour ces vampires : même s’il les craint, il se damnerait pour connaître la suite de leurs aventures, et Anne Rice, généreuse, est très productive (un filon d’or et de sang).

Sa série de romans sur les sorcières Mayfair est, il me semble, moins connue, alors que ce sont les œuvres où transparaît le plus son génie. Cette saga des sorcières entraîne le lecteur dans une histoire forcément étrange : un esprit surpuissant domine des sorcières depuis des siècles et cherche à s’incarner… Racontée comme ça l’histoire paraît banale, mais l’intrigue est ficelée par une main de maître.
 L’intérêt de ses personnages particulièrement romantiques (dans le VRAI sens du terme) est de ne se placer au cœur d’aucun manichéisme. Le mauvais finit par être attachant, le bon devient lassant et inquiétant. Les actions se déroulent dans des décors résolument baroques, au cœur d’une société dont les moindres méandres sont décrits.
En suivant la lignée des sorcières, le lecteur pénètre les siècles de façon inédite, trouve devant ses yeux une fresque fascinante.


Je pourrais écrire un roman sur Anne Rice, mais il vaut mieux la lire. 


 
✍✍✍✍✍✍✍✍
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :